royal vin jauneroyal vin jauneroyal vin jaune

> Découverte des vins du terroir de Kaiserstuhl en Allemagne


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce samedi pluvieux (4 mai), pour notre traditionnelle sortie hors Jura du printemps, nous avions avec nous deux amis du Vaucluse, Monica et Robert, pour cette équipée en Allemagne dans la région du Kaiserstuhl vers Freiburg dans le land du Bade-Wurtemberg. Monica et Robert vivent et travaillent en France et Monica est originaire de cette région vinicole allemande, réputée pour la production d’excellents vins blancs. C’est elle qui avait organisé cette balade en souhaitant également nous faire découvrir son village natal d’Endingen. Le rendez-vous était pris à 12heures sur place et tous les membres présents ce jour se sont retrouvés à l’heure dite sur la place du marché, devant le restaurant Schindler's Ratsstube pour y déjeuner. Des nouveaux venus en la présence de Dominique et Kader ainsi que de Guylaine venue tout droit du Québec la veille. En arrivant, nous avons fait la connaissance d’Elfriede et d'Ulrich, des amis de Monica et de Robert qui habitent un village voisin. Nous avons gouté aux plats de la région spécialisée dans la vigne mais également dans la culture des asperges. Hélas, nous avons manqué de chance ce jour car la cité d’Endingen est magnifique et le temps était épouvantable. C’est sous la pluie que nous avons rejoint l’établissement pour le déjeuner et c’est encore sous la pluie que nous nous sommes rendus, l’après midi, chez le vigneron qui faisait l’objet de notre découverte du jour. Endingen est une cité médiévale qui fut fortifiée à partir de 1285 et montre encore son passé d'Autriche antérieure. Si nous avions pu nous promener dans les ruelles, nous aurions admiré de nombreux anciens édifices : la halle aux grains (mairie actuelle), la ferme Üsenberger Hof (qui abrite actuellement le musée d'Autriche antérieure), la maison Henniger, l'ancienne mairie, ainsi que de jolies maisons à colombages. On y découvre également des fontaines dont la célèbre "Jokili" qui représente les fous et les farceurs, héros des carnavals alémaniques.  Nous avions rendez-vous ensuite à 15 heures au domaine Weingut – Knab et c’est le patron Thomas Rinker qui nous a accueilli et fait visiter sa cuverie et sa cave avant de nous inviter à une dégustation de ses productions. Le domaine produit essentiellement des vins blancs de cépage Pinot, Chardonnay et Muscat. Il faut savoir que le terroir du Kaiserstuhl est la région la plus ensoleillée d’Allemagne et que c’est un volcan éteint qui donne des arômes particuliers aux vins. Les Pinot sont en général très aromatiques avec une bouche ronde, on y retrouve quelque particularités des vins de Bourgogne qui constituent les modèles du viticulteur. Parmi les vins appréciés, nous avons le souvenir du premier, un Pinot blanc, qui révélait au nez une belle odeur de pomme. Pour ce qui est des Pinots gris, ils se sont révélés égaux à eux-mêmes, ronds, aux arômes multiples jusqu'au côté quasi liquoreux obtenu avec des raisins touchés par la pourriture noble (botrytis).
En ce qui concerne les Chardonnay, le nez sec domine avec mais quelques arômes complexes en bouche. Les rouges offraient des nez sympathiques, avec un côté sec en bouche pour le premier et des arômes cuir et chocolat pour le second (vieux de 6 ans).

Sur le catalogue du viticulteur, un Weisser Burgunder Trocken (Pinot Blanc sec) était donné comme un vin au gout fruité présentant une acidité « picotante et agréable». Le chardonnay était décrit comme un « vieilles vignes » et récolte tardive (Alte Reben Spätlese Trocken) dépeint comme un vin aromatique et fruité, doté d’un gout de fleur et très vivant en bouche. Côté rouge, un Spätburgunder Rotwein Alte Reben vieilli en fûts de chêne autrement dit un Pinot noir produit par des vignes de plus de trente ans d’âge sur un terroir dénommé Engelsberg (montagne des anges). Il possède un gout de baies rouges (airelles) avec une légère structure tanique.

Thomas Rinker nous expliquait les particularités de ses vins en Allemand et Monica traduisait, aidée parfois par Raymonde et Jean Marie Descamps, nos amis de la Bourgogne. Nous avons gouté également un Pinot Gris vendange tardive et un Muscat.

Puis, nous avons fait nos emplettes, empli les coffres de voitures et nous nous sommes séparés vers 18 heurs sous un ciel menaçant. A la hauteur de Belfort, nous avons rencontré la neige rendant la route difficile et c’est avec une grande prudence que nous avons parcouru les derniers kilomètres avant la maison.

 


Publié le 05/05/2019


A lire également dans la même catégorie

Les soldes d'hiver (à éviter)

Les soldes d'hiver (à éviter)
Publié le 07/01/2019