royal vin jauneroyal vin jauneroyal vin jaune

> Vente annuelle des vins des Hospices de Beaune


Moment historique et pourtant mauvaise journée que ce troisième dimanche de novembre. Surtout le matin. Nous avions été amicalement invités par Antoine Jacquet, le directeur des Hospices Civils de Beaune, à déguster les vins des vendanges de l’année du domaine. Cette dégustation est un préalable à la vente aux enchères de l’après-midi, les futurs acquéreurs pouvant ainsi découvrir les promesses des grands et premiers crus récoltés en septembre de cette année. Nous connaissions déjà les impressionnantes caves dans lesquelles se déroulait cette dégustation puisque Antoine avait convié les membres de la confrérie à visiter la cuverie du domaine des Hospices de Beaune deux mois auparavant. Après une bonne demi-heure de piétinement dans la file d’attente, et passée l’entrée desdites caves, nous découvrons les quelques centaines de pièces récoltées. Tous les quelques mètres, une jeune fille ou un jeune homme plongeait une pipette dans un tonneau et nous distillait deux ou trois centilitres d’un vin qu’il nous présentait. Et c’est là que le drame a commencé. En effet, nous avions découvert le chiffre impressionnant des crus à déguster (47, oui quarante-sept !) et nous étions obligés de recracher la quasi-totalité des liquides pris en bouche. On comprend le malaise des visiteurs et du mien en particulier. Cracher des Monthélie, des Santenay, des Savigny les Beaune, des Pernand-Vergelesses, des Auxey-Duresses, des Beaune, des Volnay, des Pommard, des Corton, des Echezeaux, des Clos de la Roche, des Mazis Chambertin, des Saint-Romain, des Pouilly-Fuissé, des Chablis, des Meursault, etc. c’est un véritable crève-cœur. Cependant, je peux avouer que les derniers crus dégustés ont été consommés jusqu’à la dernière goutte. Hé oui, un Corton-Charlemagne et un Batard-Montrachet, qu’auriez-vous fait à ma place ?

L’après-midi a été moins frustrant mais tout aussi étonnant. Nous avons assisté à la vente de la récolte goutée le matin depuis la galerie latérale de la salle et les enchères se sont succédées rapidement sous l’autorité de François de Ricqlès. Depuis 2005, c’est la maison CHRISTIE’S qui assure l’animation de cette vente.

2015 s’avère une année exceptionnelle : après l’inscription des Climats du vignoble de Bourgogne au Patrimoine mondial par l’UNESCO, les Hospices de Beaune et Christie’s sont heureux d’avoir réalisé une vente record.

Les 458 pièces de vins rouges et les 117 pièces de blancs totalisent 10.885.899 euros (frais inclus) avec la Pièce des Présidents achetée 480.000 euros par une Française souhaitant garder l’anonymat.

Le profit de la vente de la Pièce des Présidents revient à parts égales à l’Institut Curie (représenté par Claire Chazal), à la Fondation pour la recherche sur les AVC (représentée par Christophe Lambert) et à la Fédération Nationale des Victimes d’Attentats & d’Accidents Collectifs (FENVAC).

 


Publié le 22/11/2015


A lire également dans la même catégorie

Un petit tour chez Bacchus

Un petit tour chez Bacchus
Publié le 25/07/2019

Choix du coup de coeur 2019

Choix du coup de coeur 2019
Publié le 18/07/2019